Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que NotAllowedScript61afc41bb0592ReCAPTCHA, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décidez de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Session

Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

Autres cookies

Ce site web utilise un certain nombre de cookies pour gérer, par exemple, les sessions utilisateurs.

 

        Viol d'identité

Roman dont le thème principal est l’usurpation d’identité, fléau évoqué de manière récurrente dans les médias, au gré de la notoriété des personnes qui en sont les victimes et parfois les auteurs, et qui affecte, sous une forme ou une autre, des dizaines de milliers de personnes en France, chaque année, pourrait réunir un large public de lecteurs.

Viol d'identité est une histoire romancée avec une intrigue policière qui rejoint parfois la réalité : à propos notamment de la Loi sur la protection de l’identité votée par le parlement en mars 2012 et qui n’a toujours pas de décret d’application, ou à propos de l’identification des patients en médecine.

L'originalité de ce récit réside dans le fait qu'il n’existe pas ou peu, dans la littérature française, de roman ayant l’usurpation d’identité comme thème central. On connait en France des cas d'usurpation d'identité depuis longtemps, avec l'affaire Martin Guerre jugée à Toulouse en 1560 et portée à l'écran en 1982 sous le titre de Le Retour de Martin Guerre réalisé par Daniel Vigne, mais ce phénomène a pris de nos jours des formes nouvelles et des proportions considérables, qui en font au quotidien un grave problème pour les victimes.

 

Pour lire le premier chapitre, cliquez sur lire la suite.


Partager cette page

Submit to FacebookSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn